Les données de réseaux sociaux : un atout pour la recherche en santé publique

Parce que les patients y abordent souvent publiquement le quotidien de la maladie, les réseaux sociaux sont des sources potentielles de données ou d’inclusion pour les études et cohortes - dans le respect du cadre éthique et sécuritaire de la Politique de Sécurité du Système d’Information.

Etude de cas Epiconcept : réseaux sociaux et open data diabète

Dans le cadre du projet World Diabetes Distress Study (WDDS), l’INSERM lance une étude mondiale d’évaluation des impacts des facteurs psychologiques du traitement des personnes atteintes du diabète. Epiconcept collabore avec l'établissement français pour identifier les tweets des personnes atteintes de diabète de type 1. Sa solution organise les tweets patients selon une base de Hashtags (#) et de mots-clés liés à la maladie en base de données automatique organisée en "grappes de stress". Elle permet ainsi une analyse des sentiments et causes de stress liés à la maladie.